Hors normes : un film qui devrait être sur prescription médicale

Tout est dit dans le titre ! Comment faire entrer dans les “bonnes” cases des personnes qui ne sont pas dans les normes? C’est l’histoire d’un duo de personnes investies qui s’y sont employés, avec leurs équipes, leurs convictions et leur énergie. Ils ont accepté de réfléchir hors des cases pour s’occuper de jeunes autistes présentant des troubles sévères de comportement. Le mot d’inclusion prend ici tout son sens : remettre du lien, de l’humain là où les structures classiques n’ont pas toujours de réponse appropriée. Nous aimerions pouvoir dire, comme le personnage interprété magistralement par Vincent Cassel, “On n’est pas loin !” dans l’inclusion réelle dans notre Société des personnes différentes, sans angélisme sur les difficultés que cela présente. En attendant, allez voir votre médecin pour qu’il vous prescrive une séance de cinéma !

L’humour british sur l’égalité Femme / Homme

No comment…..

Travail, salaire, profits

ARTE propose un cycle d’émissions passionnantes sur Travail, salaire, profits. Magistrale leçon d’économistes, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’économie de tous les continents.

Une réflexion très poussée sur le capitalisme, la subordination dans le salariat, le changement permanent comme vecteur de négation de l’expérience professionnelle, la différence entre travail et emploi, les nouvelles formes du capitalisme avec l’uberisation du monde du travail…

De quoi nourrir notre rapport au travail. Profitez bien !

https://www.youtube.com/watch?v=Dpzv8H16R-Q

Discrimination, différence & Toni Morrison

Dans le prologue de The Bluest eyeL’oeil le plus bleu, Toni Morrison explique les raisons qui l’ont conduite à écrire son premier roman en 1970 sur cette enfant noire qui rêvait d’avoir les yeux bleus. Edifiant….

Comment peut on en arriver à accepter la discrimination, le reget comme légitime, évident…..

« There can’t be anyone, I am sure, who doesn’t know what if feels like to be disliked, even rejected, momentarily or for sustained periods of time. Perhaps, the feeling is merely indifference, mild annoyance, but it may also be hurt. It may even be that some of us know what is like to be actually hated – hated for things we have no control over and cannot changed. When this happens, it is some consolation to know that the disliked or hatred is injustified- that you don’t deserve it. And if you have the emotional strength and/or support from family and friends, the damage is reduced or eraised. We think of it as the stress ( minor or disabling) that is part of life as a human.

When I began writing the bluest eye, I was interesting in something else. Not resistance to the contempt of others, way to diflect it. But the far more tragic and disabling consequences of accepting rejection as legitimate, as self-evident. …”

Merci Toni Morrison

Les gratitudes, Delphine de Vigan

Dans son dernier livre Les gratitudes, Delphine de VIGAN explore les liens invisibles qui nous unissent, les lois sous-terraines qui nous relient les uns aux autres.

Pour l’auteure, la définition la plus juste est celle qui est proche du sens étymologique : « Rendre grâce ». Dans la gratitude, coexistent la notion de dette et celle de partage.

« Dire à quelqu’un : voilà ce que tu m’as permis de faire, voilà ce que grâce à toi j’ai appris, c’est une façon de partager ce moment, cette joie, ce bonheur, cet élan. »

Le livre débute sur un paradoxe : le mot merci est celui qu’on emploie le plus souvent dans une journée. Or, nous avons plus de mal aujourd’hui à nommer les choses, nous sommes méfiants vis-à-vis des sentiments qui nous habitent.

Exprimer sa gratitude c’est accepter l’idée qu’on est vulnérable, l’idée qu’on a besoin de l’autre, qu’on ne fait rien sans l’autre.”

Dans l’entreprise, la gratitude est un cadeau précieux mais rare.

bien être au travail

Lettres à Nour de Rachid Benzine

Il nous faut créer des ponts et pas des murs. On ne se sécurise pas dans une forteresse : on y meurt assiégé. (…) Le seul destin d’un mur, c’est l’effondrement. De lui-même et de tout ce qu’il était censé préserver. La culture est un pont. Elle permet, par le partage d’émotions, de franchir les frontières symboliques et physiques, de dire combien nous sommes profondément les « mêmes » dans notre humanité. (…) L’imaginaire, les arts, la littérature, la musique, la poésie, l’humour… tout cela nourrit l’amour pour l’humain et le doute, ce doute qui éloigne des certitudes qui mangent les humains.

Hannah ARENDT – L’importance politique de l’amitié

« Nous avons coutume aujourd’hui de ne voir dans l’amitié qu’un phénomène de l’intimité, où les amis s’ouvrent leur âme sans tenir compte du monde et de ses exigences. Rousseau, et non Lessing, est le meilleur représentant de cette conception conforme à l’aliénation de l’individu moderne qui ne peut se révéler vraiment qu’à l’écart de toute vie publique, dans l’intimité et le face à face. Ainsi nous est-il difficile de comprendre l’importance politique de l’amitié. Lorsque, par exemple, nous lisons chez Aristote que la philia, l’amitié entre citoyens, est l’une des conditions fondamentales du bien-être commun, nous avons tendance à croire qu’il parle seulement de l’absence de factions et de guerre civile au sein de la cité. Mais pour les Grecs, l’essence de l’amitié consistait dans le discours. Ils soutenaient que seul un “parler-ensemble” constant unissait les citoyens en une polir. Avec le dialogue se manifeste l’importance politique de l’amitié, et de son humanité propre. Le dialogue (à la différence des conversations intimes où les âmes individuelles parlent d’elles-mêmes), si imprégné qu’il puisse être du plaisir pris à la présence de l’ami, se soucie du monde commun, qui reste “inhumain” en un sens très littéral, tant que des hommes n’en débattent pas constamment. Car le monde n’est pas humain pour avoir été fait par des hommes, et il ne devient pas humain parce que la voix humaine y résonne, mais seulement lorsqu’il est devenu objet de dialogue. Quelque intensément que les choses du monde nous affectent, quelque profondément qu’elles puissent nous émouvoir et nous stimuler, elles ne deviennent humaines pour nous qu’au moment où nous pouvons en débattre avec nos semblables. Tout ce qui ne peut devenir objet de dialogue peut bien être sublime, horrible ou mystérieux, voire trouver voix humaine à travers laquelle résonner dans le monde, mais ce n’est pas vraiment humain. Nous humanisons ce qui se passe dans le monde et en nous en en parlant, et, dans ce parler, nous apprenons à être humains.
Cette humanité qui se réalise dans les conversations de l’amitié, les Grecs l’appelaient philanthropia, “amour de l’homme”, parce qu’elle se manifeste en une disposition à partager le monde avec d’autres hommes. »

Hannah ARENDT, Vies politiques, Gallimard, Paris, 1974, pp. 34-35

diversité

Poème à mon frère blanc

Cher frère blanc,
Quand je suis né, j’étais noir,
Quand j’ai grandi, j’étais noir,
Quand je suis au soleil, je suis noir,
Quand je suis malade, je suis noir,
Quand je mourrai, je serai noir.

Tandis que toi, homme blanc,
Quand tu es né, tu étais rose,
Quand tu as grandi, tu étais blanc,
Quand tu vas au soleil, tu es rouge,
Quand tu as froid, tu es bleu,
Quand tu as peur, tu es vert,
Quand tu es malade, tu es jaune,
Quand tu mourras, tu seras gris.

Alors, de nous deux,
Qui est l’homme de couleur ?

Léopold Sédar SENGHOR

diversité

La Diversité

Il n’est qu’une erreur et qu’un crime: vouloir enfermer la diversité du monde dans des doctrines et des systèmes. C’est une erreur que de détourner d’autres hommes de leur libre jugement, de leur volonté propre.

Montaigne (1982) de Stefan Zweig

 

bien être au travail

le sens de la vie de Jean-Claude Carrière

Si vous avez une petite heure devant vous, plongez dans la sagesse de Jean-Claude Carrière. Ce conteur, érudit et partageur,  philosophe et humaniste fait un bien fou.

Dans son dernier livre La vallée du Néant, il nous raconte l’histoire de ces oiseaux qui traversent 7 vallées pour trouver leur roi. Il nous aide à répondre aux questions existentielles : Comment nous protéger du désespoir et de la vanité de toutes nos vies, si nous n’en devons rien garder ?
Comment, peut-être, en tirer une force, et même une joie ? Pourquoi rire ? Pourquoi pleurer ? Et pourquoi rêver d’immortalité ?

Pour ceux qui préfère écouter sa voix chaude de conteur, l’émission Grand Bien Vous Fasse sur France Inter du 30 novembre 2018 est un régal.

https://www.franceinter.fr/emissions/grand-bien-vous-fasse/grand-bien-vous-fasse-30-novembre-2018